• V!D

Rouge Nénufar, nouvel artiste en vogue

Cette semaine, on a découvert une pépite musicale et on avait envie de vous en faire profiter. Le 12 octobre dernier, Rouge Nénufar sortait le single Les Flots. Véritable condensé de fraîcheur, ce single fait voyager notre âme. En effet, il donne envie de retrouver des amis sur une plage un soir pour tout simplement discuter et profiter de la vie (dans le respect des gestes barrières évidemment).


Ne pouvant décrire mieux le single que l’artiste lui-même, nous avons décidé de le laisser vous convaincre d’écouter le single en répondant à notre interview.

M!NEWS : Qu'est-ce qui t'a donné envie de faire ce single ?

Rouge Nénufar : Beaucoup de choses, mais en particulier l'idée de mettre en musique un texte que j'avais pu écrire. J'ai pas mal expérimenté musicalement ces derniers temps mais j'ai toujours évité le chant, peut-être par peur du résultat. Et puis techniquement, ça paraît bête mais je n'avais aucune idée de la façon dont on pouvait faire concorder une voix et une instru. J'ai aussi beaucoup écouté de morceaux électro-pop dernièrement, j'imagine que j'en ai été influencé.

M! : Pourquoi avoir choisi de partir sur ce thème ?

RN : J'ai commencé il n'y a pas très longtemps à prendre l'habitude de griffonner des bouts de phrases, des thèmes qui me passent par l'esprit sur un carnet à un l'instant T. Au moment d'écrire la chanson, j'avais déjà une loop (NDLR : une boucle musicale) sympa sur laquelle j'ai apposé ce thème, déjà imaginé, du matelot perdu au milieu des mers. Je trouvais l'idée très esthétique. Et puis lorsque j'ai écouté Rose poser sa voix douce et calme sur le morceau je me suis dit que l'ensemble formait un tout vraiment intéressant.

M! : Combien de temps tu as mis pour réaliser ce single, quelles ont été les différentes étapes ?

RN : Environ 2 mois. La composition, l'écriture et l'enregistrement sont allés relativement rapidement, mais j'ai bien passé un mois entier sur le mixage ! Il n'est évidemment pas parfait dans la mesure où je commence tout juste à en saisir les intérêts et les mécanismes, mais j'en suis quand même content. Après plusieurs dizaines d'heures et une vingtaine de maquettes différentes j'ai réussi à dégager une version qui me convenait. Je l'ai fait écouter à deux ou trois amis, à Rose évidemment, et puis j'ai lancé la distribution sur les plateformes de streaming.

M! : Tu as déjà produit d'autres morceaux auparavant, peux-tu nous en parler ?

RN : Absolument ! Ça fait bientôt trois ans que je produis de la musique. Le processus d'apprentissage est vraiment long mais je commence à me sentir à l'aise sur pas mal d'aspects. Je me suis fait la main sur quelques remix (notamment un du très court et joli Last Kiss du producteur russe ARTY) entrecoupées de productions persos. En parallèle, pour donner un côté ludique aux morceaux que je composais moi-même, j'aimais beaucoup ajouter une voix parlée, souvent d'un personnage public, par-dessus le mix final. Ça a donné lieu à quelques réussites qui m'ont permis de construire une petite base d'auditeurs réguliers.


"Je n'avais pas vraiment de règle."

Parfois quand je tombais sur une prise de parole qui me touchait, l'inspiration venait immédiatement et je composais une ambiance musicale pour illustrer, mettre en valeur, les propos que j'entendais. C'est le cas de Marguerite Duras - Et puis tout recommencera, un des morceaux dont je suis encore à ce jour le plus fier.


M! : Comptes-tu sortir de nouveaux singles ?

RN : Oui ! J'ai la sensation d'avoir franchi une belle étape avec Les Flots. Je pense avoir compris beaucoup de choses qui m'échappaient jusqu'à présent. Structurer correctement une chanson, mixer les voix, dégager de nouvelles sonorités, etc. Il serait dommage d'arrêter !

M! : Un EP ? Un concert prévu ?

RN : Pour l'instant je vais surtout me concentrer sur la production de singles. L'EP est un objectif à long terme, forcément, c'est une toute autre façon d'aborder le format musical. Quant aux concerts, c'est un truc que j'adorerais faire même si au-delà de la situation sanitaire actuelle, c'est un projet qui demande une construction solide en amont. Mais c'est aussi un objectif sur le long terme, pouvoir partager en direct sa musique avec le public doit être une sensation extraordinaire que j'espère très fort expérimenter dans les années à venir.

Le single ayant été produit en collaboration avec une chanteuse, nous étions obligés de poser quelques questions également à Rose.

M! : Pourquoi as-tu accepté de poser ta voix sur ce morceau ?

Rose : De base, Antoine me fait beaucoup écouter ses sons quand il en fait pour avoir un avis extérieur. Quand il m'a fait écouter celui-ci j'ai tout de suite beaucoup aimé les sonorités. Les possibilités au niveau des mélodies étaient vraiment nombreuses. On sentait l'inspiration de groupes comme Parcels, mais il a ajouté sa propre pate. Je ne sais plus lequel d'entre nous a lancé l'idée de poser des voix dessus mais j'ai tout de suite accepté quand il m'a demandé de le faire. Je n'avais jamais vraiment chanté sur une instru créée de toute pièce et j'ai vraiment beaucoup aimé l'expérience.

"Je n'avais jamais enregistré de chanson avant mais j'ai toujours voulu essayer je suis contente d'avoir enfin pu le faire."

M! : Accepterais-tu d’enregistrer d’autres morceaux avec Antoine ?

R : Oui je serais totalement d'accord pour refaire une musique ensemble, j'ai vraiment beaucoup aimé. De plus nos idées en matière de musique sont assez complémentaires, ça rend la chose plutôt agréable à faire. On n'avait pas vraiment de studio ou de matériel qualitatif pour enregistrer les voix, on s'est débrouillés comme on a pu pour que le son soit propre et rende bien, et je trouve le résultat très intéressant !



Quoiqu’il en soit, nous sommes sûrs que nous n’avons pas fini d’entendre parler de ce nouvel artiste. Vous pouvez retrouver les différents singles et le nouveau morceau Les Flots de Rouge Nénufar sur les différentes plateformes de streaming (Deezer, Spotify), et lui donner un peu plus de visibilité en allant faire un tour sur son Instagram.