• La Rédaction

Oscars 2020 : nos pronostics

Mis à jour : févr. 10


La 92e cérémonie des Oscars ce sera dans la nuit de dimanche à lundi 10 février et on vous livre nos pronostics. Pour vous faciliter la tâche, on vous a mis le choix du cœur en gras et le choix qui paraît le plus logique en souligné. Aurez-vous le même avis ?


La 92ème


La compétition se déroulera une nouvelle fois sans maître de cérémonie. Une décision qui n'avait en aucun cas nui au bon déroulement de la soirée l'année dernière. Toujours dans la droite lignée de ce qui avait été fait, les films Netflix sont toujours plus représentés. Avec évidemment en tête The Irishman et ses 9 nominations puis Marriage Story avec 6 nominations. Encore une fois les décisions sont assez imprévisibles (à de rares exceptions), et le récent triomphe de 1917 pourrait bien venir nous faire douter.


Nominations :


Meilleur film :

Le Mans 66, The Irishman, Jojo Rabbit, Joker, Les Filles du docteur March, Marriage Story, 1917, Once Upon a Time… in Hollywood, Parasite.


Le film Joker, absolue critique de la société américaine, pour nous, c’est lui qui repartira avec la statuette dorée du meilleur film des Oscars 2020. Au-delà du splendide jeu d’acteur de Joaquin Pheonix, Joker est un tout. C’est à la fois une mise en scène qui relève d’un réel talent d’auteur mais aussi des décors qui nous plongent dans l’univers et le monde fou du Gotham City des années 80. Pour son ingéniosité et sa complexité, Joker est notre film favori.


Mais notre cœur se tourne vers le chef d’œuvre de l’année : Parasite. Le film de Bong Joon-ho se révèle être un réel coup de gueule et une vision nuancée de la lutte sociale. Ce film est un aboutissement : des acteurs impeccables dans une mise en scène d’une extrême justesse. La richesse des émotions transmises peut surprendre, tant l’on passe du rire aux larmes. Je ne vous en dis pas plus puisque soit vous avez vu le film, soit je ne sais pas ce que vous faites encore devant cet article, foncez le voir !


Meilleur acteur :

Antonio Banderas dans Douleur et Gloire, Leonardo DiCaprio dans Once Upon a Time… in Hollywood, Adam Driver dans Marriage Story, Joaquin Phoenix dans Joker, Jonathan Pryce dans Les Deux Papes.


Il y a très souvent une année où une proposition d’acteur sort du lot. Soit par sa médiatisation ou par sa révélation. Cette année est l’année Joaquin Phoenix. Oui, nous avons eu des prestations incroyables tout au long de l’année et les autres nommés seraient gagnants dans d’autres circonstances. Mais face au Joker de Phoenix aucun ne peut réellement rivaliser, et ce n’est pas leur faute. Simplement, le personnage d’Arthur Fleck offre trop de possibilités, d’émotions, de nuances. C’est un cadeau à n’importe quel interprète talentueux. Joaquin Phoenix est impressionnant, personne ne peut le nier. 12 ans après la consécration posthume du sublime Heath Ledger le Joker gagnera un nouvel Oscar cette année.


Meilleure actrice :

Cynthia Erivo dans Harriet, Scarlett Johansson dans Marriage Story, Saoirse Ronan dans Les Filles du docteur March, Charlize Theron dans Scandale, Renée Zellweger dans Judy.


2019 fut une année méritée et salvatrice pour la carrière de la sublime Scarlett Johansson. Après s’être un peu perdue dans des rôles moins intéressants (notamment chez Marvel), l’actrice américaine revient cette année avec deux propositions originales et intéressante. Et le film de Noah Baumbach est une occasion parfaite pour utiliser tout son talent. Son personnage profond lui permet autant d’exploser que de retenir ses émotions. Un rôle aux multiples facettes qui nous prouve une nouvelle fois le retour d’une immense actrice. Cependant, après avoir vu Renée Zellweger faire sensation aux Golden Globes, il serait étonnant de ne pas la voir remporter la précieuse statuette.


Meilleur réalisateur :

Bong Joon-ho pour Parasite, Sam Mendes pour 1917, Todd Phillips pour Joker, Martin Scorsese pour The Irishman, Quentin Tarantino pour Once Upon a Time… in Hollywood.


Au-delà d’excellentes critiques américaines, 1917 a divisé en France, certains lui reprochant un manque de fond. Mais s’il y a bien une chose pour laquelle il n’y a pas débat c’est à propos de sa réalisation. Le parti pris de filmer tout le film en un faux plan séquence relève d’une virtuosité autant technique qu’artistique. Pourtant, si la proposition est gratifiante et sera surement récompensée, elle ne relève en rien d’une révolution. Mon choix du cœur (complètement biaisé) irait plutôt pour le film de Quentin Tarantino. Lorsque l’on parle d’immersion en terrain de guerre pour 1917, je parle de l’immersion dans toute une époque : celle des années 60-70. Mais malgré cela, et plus objectivement, le travail colossal sur les deux films sont équivalents et tout aussi méritant l’un que l’autre.


Meilleur acteur dans un second rôle :

Tom Hanks dans Un ami extraordinaire, Anthony Hopkins dans Les Deux Papes, Al Pacino dans The Irishman, Joe Pesci dans The Irishman, Brad Pitt dans Once Upon a Time… in Hollywood.


Pour nous, pas de doutes. C’est Brad Pitt qui repartira avec l’Oscar. L’acteur a déjà reçu le Golden Globes, le Screen Actors Guild Awards et le BAFTA du meilleur acteur dans un second rôle pour sa parfaite interprétation de Cliff Booth sous la direction de Quentin Tarantino. Il est l’un des personnages clé du récit et saura suivre son ami partout où il l’emmènera. On note surtout la superbe scène de rencontre entre Cliff et Charles Manson. Cette récompense est surement la plus dure à justifier tant d’autre la mériteraient aussi. De plus, aucune prestation ne sort réellement du lot.


Meilleure actrice dans un second rôle :

Kathy Bates dans Le Cas Richard Jewell, Laura Dern dans Marriage Story, Scarlett Johansson dans Jojo Rabbit, Florence Pugh dans Les Filles du docteur March, Margot Robbie dans Scandale.


On a adoré Scarlett Johansson dans Jojo Rabbit. Voilà, c’est dit. Elle a été très juste dans son rôle de mère admiratrice de son enfant qui n’a qu’une seule passion, Adolf Hitler. Mais on la sent dans la retenue, et on comprend au fil du film pourquoi. La sobriété menant à la justesse, menant aux émotions. C'est donc une proposition très touchante mais moins étincelante que celle d'une Laura Dern méconnaissable. Elle n'est pas notre choix de cœur mais on n'a pas toujours ce qu'on veut et ce serait mérité.


Meilleur film d’animation : 

Dragons 3: Le Monde caché, J'ai perdu mon corps, Klaus, Monsieur Link, Toy Story 4.


Notre cœur ne pourrait voir un autre film d’animation que Klauss remporter l’Oscar tant ce film réinvente le cinéma animé en 2D. Il nous fait passer un réel bon moment, plongé dans un récit original et bien écrit. Des décors à la hauteur de l’attente de certains. Il ne tombe pas du tout dans le cliché du classique « film de noël » mais se crée son univers à lui et sait nous amener dedans. A voir absolument.


Mais que faire face à l’événement Pixar de l’année ? Oui, Toy Story 4 est sorti en salle, proposant aux irréductibles une bonne conclusion pour la saga qui a marqué notre enfance. Finalement, cette récompense serait méritée après le succès de Sony et Marvel l’an dernier. Si le 3ème opus déjà récompensé était un chef d'œuvre inégalable, ce dernier tour de piste n'a pas à rougir de son résultat.


Meilleur film international :

La Communion (Pologne), Honeyland (Macédoine du Nord), Les Misérables (France), Douleur et Gloire (Espagne), Parasite (Corée du Sud).


Cocorico, fierté nationale, Les Misérables de Ladj Ly est un film incroyable, on ne le dira jamais assez. Cependant, il ne faut pas se leurrer quant aux chances de voir le film de Ladj Ly repartir avec la récompense. La compétition sera rude aux côtés d’un Douleur et Gloire et du fameux Parasite. Deux autres immenses films plébiscités par le public et la critique. Palme d’Or à Cannes, si Parasite ne remporte pas l’Oscar du meilleur film, il sera le meilleur film étranger.


Meilleure musique de film : 

Joker - Hildur Guðnadóttir, Les Filles du docteur March (Little Women) - Alexandre Desplat, Marriage Story - Randy Newman, 1917 - Thomas Newman, Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker - John Williams


La musique étant moins médiatisée que les films eux-mêmes, il est toujours très compliqué de démêler les chances des différentes compositions. Mais mon choix se porterait sur les notes sombres et oppressantes de Joker. Une musicalité qui enferme parfaitement le spectateur dans l’esprit malade du Joker et dans ses machinations. Mais si cette partition est une expérience, celle de Marriage Story est une pépite d’émotion. Des notes plus douces, caressant notre tympan à chaque instant et nous faisant voyager au cœur de cette relation conflictuelle. Reposantes, mélancoliques, se plonger dans les notes jazzy du légendaire Randy Newman c’est continuer de rêver éveiller.


L'année 2019 a encore été une très belle année cinéma, pourtant marquée par l'immense empreinte de Disney et ses 11,1 milliards de dollars au box-office. Mais ne portons pas trop d'espoir sur ces Oscars. Rappelons-nous que cette cérémonie n'est que politique et choix de société. Les résultats peuvent changer la vie d'un film et son exploitation en salle, mais ils ne changeront ni notre avis, ni le vôtre. Sur l'art il n'y a aucune vérité, si ce n'est celle présente en chacun de nous. On espère simplement un peu de surprise et d'ouverture d'esprit de la part du jury.


La parole de la rédaction n’est faite que de paris et d’espérance, il est absolument impossible de deviner les résultats à l’avance. Pariez et partagez-nous votre score final !



Par Valentin Maio et Louis Rengard