• T!S

Maïwenn, un contre sens d'elle-même

"Je voulais faire un film contre le racisme. C'est aussi simple que ça"

Maïwenn Le Besco, dites Maïwenn, est une actrice, scénariste et réalisatrice. Née le 17 avril 1976 en Seine-Saint-Denis elle est l'enfant d'une mère algérienne et d'un père breton. Son grand-père, grande source d'inspiration pour elle, a combattu durant la Guerre d'Algérie du côté du FLN. Elle vit une enfance tumultueuse : sa mère tyrannique la pousse vers tous les castings pour en faire "une star".


Sa vie est à son image : atypique. Jeune épouse, elle se marie avec Luc Besson. Jeune mère, elle donne naissance a une petite fille le 3 janvier 1993. Après une traversée du désert durant laquelle l'actrice s'est débattue contre elle-même, elle retrouve la lumière avec la réalisation du film Pardonnez-moi, sorti en 2006. Elle est citée aux Césars de 2007 pour la récompense du "meilleur espoir féminin" et "meilleur premier film". Récemment, elle a sorti un nouveau long-métrage, ADN.



Ce film trace l'histoire de Neige, qui traverse une tempête identitaire après la mort de son grand-père dont il faut organiser l'enterrement. ADN est la peinture d'une famille qui doit affronter des émotions violentes. Maïwenn fait ressortir de ses films l'abus et la maltraitance, elle semble sensible aux luttes sociales actuelles, néanmoins, certaines de ses déclarations ont fait des vagues.


Elle déclare sur France Inter ou encore Paris Match que les féministes "n'aiment pas les hommes", "c'est fou ce qu'elles (les féministes) peuvent dire comme conneries". Elle donne également son avis sur la polémique Polanski, en lui apportant son soutien. Elle déclare également à Paris Match qu'elle s'interroge sur la part de responsabilités des victimes d'agressions sexuelles, bien qu'elle condamne (tout de même) ces actes. Des propos, qui dans le contexte actuel, sont encore plus marquants. Maïwenn va à l'encontre de son propre cinéma avec ses déclarations.


Ces propos ont provoqué un tollé. Les réactions sur Twitter ont été nombreuses. Beaucoup s'estimaient déçus et choqués de tels propos venant de la réalisatrice du film Polisse. En ajoutant "Il faut arrêter de dire que ce sont tous des pervers", elle fait une allusion directe au mouvement #MeToo. Elle plaisante sur le harcèlement de rue en expliquant aux femmes qu'elles devraient en profiter car "ça ne va pas durer".


La réalisatrice a provoqué des remous dans les milieux militants, elle a tenu à revenir sur ses paroles dans une interview accordée au Parisien. Elle s'explique en disant qu'il y a "beaucoup de haine des hommes chez certaines néo-féministes". Elle souhaite apaiser les tensions en déclarant être, elle aussi, féministe, et qu'elle se bat pour l'égalité salariale, par exemple. Alors, propos sincères ou sacré coup de com' ?