• S!K

La rétrospective de l'artiste William Kentridge au LAM ouvre de nouveau ses portes

Suite aux mesures de déconfinement, l'exposition sur l'oeuvre de l’artiste William Kentridge "Un poème qui n'est pas le nôtre" ouvre de nouveau ses portes ce mardi 9 juin au Musée d’art moderne de Villeneuve d’Ascq.



En étroite collaboration avec le Kunstmuseum de Bâle, le LAM proposait le 5 février dernier, d’entrer dans l’univers de l’artiste sud-africain William Kentridge. Après le vernissage en présence de l’artiste et de la commissaire de l’exposition Marie-Laure Bernadac, la population régionale avait pu admirer la première rétrospective de l’artiste présentée en France, occupant la moitié de la surface du musée et offrant au public des œuvres encore jamais montrées en Europe. Cette exposition s’était vue contrainte de fermer en raison des mesures de confinement liées au Covid-19. Dans un contexte social envahi des préoccupations antiracistes retentissantes suite à l’assassinat de Georges Floyd, revenons ensemble sur une exposition engagée et engageante, bercée par un combat toujours actuel. L’exposition rouvre ses portes ce mardi 9 juin et se prolonge jusqu’au 13 décembre. Plus d’excuse possible pour ne pas venir admirer cette œuvre d’art total, accessible au public du mardi au dimanche de 10h à 18h.

L’exposition « Un poème qui n’est pas le nôtre » nous plonge littéralement dans la vie de William Kentridge, par le biais de ses premiers dessins jusqu’à ses dernières réalisations. Ces œuvres, du dessin à la sculpture en passant par la gravure, la vidéo et la mise en scène, nous offrent un panel impressionnant de représentations tant critiques que poétiques, sur les sujets de la décolonisation, l’Apartheid ainsi que le rôle de l’Afrique dans la Première Guerre Mondiale. Des sujets proches de l’artiste qui, par ses réalisations, nous raconte sa propre vie, son propre combat, et celui d’une communauté toute entière.

Mais qui est réellement William Kentridge ? William Kentridge naît en Afrique du Sud en 1955. Après avoir lié des études de sciences politiques aux Beaux-Arts à Johannesburg, il étudie le théâtre à Paris. De ses connaissances naît un art au caractère universel, mêlant grands sujets politiques et sociaux mondiaux avec son expérience propre et sa vie la plus intime. L’entièreté de son œuvre fait l’objet d’une réflexion portée sur la condition humaine et les dérives du pouvoir, dans un pays qui est le sien mais dans lequel il ne se reconnaît pas. William Kentridge, avec la collaboration du LAM, nous propose une déambulation à travers sa vie et son œuvre, invitant à porter un regard critique sur le monde qui nous entoure et sur son histoire, amenant ainsi une vision plus douce, dans laquelle chacun peut se reconnaître. Un message dur, réel mais porteur d’espoir pour les générations futures, sur un fond de poésie moderne.





Crédits : Sara Klein