La Brigade : une comédie sociale pleine d'humanisme

Avec La Brigade, Louis-Julien Petit signe son cinquième long métrage et son quatrième réalisé dans les Hauts de France après Invisibles en 2019, Carole Matthieu en 2016 et Discourt en 2015. Il nous dessine le portrait d'une réalité sociale assez délicate, tout en y apportant un mélange d'humour et d'humanisme. À voir absolument dans les salles le 23 mars 2022.



Deux ans après Invisibles, dans lequel nous découvrons le combat acharné des travailleuses sociales, Louis-Julien Petit nous trace le portait d'un autre engagement, celui de l'intégration des migrants. Ce film suit Cathy Marie (Audrey Lamy), une jeune femme qui rêve d'ouvrir son propre restaurant, mais qui se retrouve être simple sous-chef. À la suite d'un désaccord, elle démissionne de son poste et passe un entretien auprès de Lorenzo (François Cluzet). Il lui propose un poste de cantinière dans un foyer de jeunes migrants qu'il dirige. Elle peine au début à trouver sa place, mais petit à petit, des liens se tissent et la magie opère.



Parler d'un sujet sérieux avec humour


Audrey Lamy avec des jeunes du foyer ( © Stéphanie Branchu)

Avec La Brigade, le réalisateur voulait d’abord parler d’un sujet d’actualité qui fait énormément débat et qui sera au centre d’une campagne mouvementée : l’immigration. La problématique des mineurs migrants qui arrivent en France avec une épée de Damoclès au-dessus d'eux : le risque de se voir expulser à leur majorité s’ils n’ont pas intégré une formation. C’est sur ce point en particulier qu’intervient le film, puisque l’arrivée de Cathy Marie va jouer un tournant dans la vie de ces jeunes, ce qui ne semblait pas être bien parti au début…


Le réalisateur va se pencher sur ce sujet de société, qu’il qualifie dans une interview au Festival d’Arras de "mineurs non accompagnés étrangers qui sont catapultés en France". Ces "maux de la société" que l'on préfère passer sous silence. À travers le film, on observe une réelle envie des migrants mineurs d'être pris en considération par la société.


"La vie, c'est une rencontre, ça ne peut pas qu'être une trajectoire personnelle"

- François Cluzet, interview au Festival d'Arras


À l'aide de Cathy Marie, qui se lie peu à peu à ces jeunes fragiles, certains d'entre eux découvrent une passion pour la cuisine et décident de s'y consacrer à plein temps, devenant ainsi sa brigade. Après maints efforts et embûches, celle-ci parvient à ouvrir une école de formation pour ces jeunes et ainsi leur assurer un avenir. Les rencontres forgent l'individu et parfois même plus.



Un casting à point


En haut de l’affiche se trouve Audrey Lamy, dont la comédie lui va comme un gant. Elle interprète son personnage avec brio. Égocentrique et sûre d’elle au début, quittant la ville pour un trou perdu, elle parvient à créer une réelle confiance avec les mineurs migrants. Elle apporte de la sincérité et beaucoup d’émotions, notamment lorsqu’elle a au téléphone la mère d’un garçon du foyer. Scène qui n’avait d’ailleurs pas été préparée en amont, une improvisation qui s’est avérée être excellente.


À ses côtés apparaît François Cluzet, qui incarne avec réalisme son personnage de directeur du foyer. Inquiet, il essaye de trouver une porte de sortie à ces jeunes, qui parfois tombent dans la délinquance. Il se présente comme une personne vulnérable, un peu cabossé par ce travail qui lui prend énormément de temps et dont il n'arrive pas à voir le bout du tunnel, puisque ces mineurs ne sont pas aidés.


Fatoumata Kaba sur le tournage ( © Stéphanie Branchu)

La petite étincelle du film revient sans aucun doute à l’actrice Fatoumata Kaba, dont le personnage veut tout faire pour devenir une petite starlette de l’écran et qui nous fait tordre de rire par ses mimiques et ses expressions. Sans oublier Sabine, jouée par Chantal Neuwirth et le petit Gus Gus, joué par Yannick Kalombo, qui est très attachant. Les autres acteurs sont également pleins de sincérité, puisque c’est une situation qu’ils vivent et ils montrent leur volonté de réussir.




Un tournage bien préparé


Audrey Lamy sur le tournage ( © Stéphanie Branchu)

Pour devenir la chef cuistot incroyable que l'on voit dans le film, Audrey Lamy a dû passer plusieurs mois dans les cuisines de deux restaurants, l’Apicius et le Divellec. Elle s’est donc formée auprès des plus grands, à savoir Mathieu Pacaud et Christophe Villermet. Au Festival d’Arras, Louis-Julien Petit dit d’ailleurs : "Au bout de quelques semaines, je ne la reconnaissais plus tellement elle s’était fondue dans les brigades professionnelles".


Au-delà de ça, il a fallu les trouver ces jeunes. Car qui de mieux pour interpréter de jeunes migrants que des personnes vivant cette même situation ? Divers casting ont eu lieu dans des associations parisiennes et le réalisateur a regardé pas moins de 300 heures de vidéos, où chaque individu racontait son parcours.


Certains traversent plusieurs pays pour arriver jusqu’en France pour espérer un avenir meilleur. Certains ont encore 12, voire 8 ans. Une réalité bien duren mais à ne pas oublier et à ne pas laisser tapis dans l’ombre. Malheureusement, depuis la fin du tournage, certains de ces migrants, devenus majeurs, ont été expulsé du territoire français.



L’histoire vraie cachée derrière ce portrait


En 2016, une cheffe cuisinière du nom de Vanessa Kryceva a un projet : celui de "cuisiner ensemble pour restaurer le monde”, avec quelques-unes de ses amies. Elles sillonnent le littoral de la Côte d’Opale à la rencontre des réfugiés dans les camps avec leur petit food truck qu’elles ont baptisé Le Recho. Ils apprennent à cuisiner avec elles. Des bénévoles, voire des habitants du coin, se joignent à cette expérience.


Louis-Julien Petit s’en est fortement inspiré pour créer cette comédie sociale qui a d’ailleurs été récompensée au Festival de comédie de l'Alpes d'Huez, Audrey Lamy ayant remporté le prix d'interprétation.



Le réalisateur, connu pour son cinéma engagé, offre une nouvelle fois un drame plein de délicatesse, porté avec talent par les différents acteurs, qui pour la plupart ne sont pas professionnels. À découvrir de toute urgence.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout