• M!P

Assassin's Creed : Origins, la franchise au comble de son art


Alors oui je sais, le jeu est sorti il y a plusieurs années. Mais c'est un tel bijou que le (re)découvrir est encore aujourd'hui indispensable. Avec le raté de Black Flag, Ubisoft a en effet choisi de ralentir ses sorties pour favoriser la qualité. C'est donc après trois années de développement que l'opus Assassin's Creed : Origins est enfin sorti en octobre 2017.


Le studio de production canadien Ubisoft annonce donc en 2016 la création d'un opus en Égypte, en -44 avant J.-C., année de l'assassinat de Jules César. Comme son nom l'indique, Assassin's Creed : Origins propose de remonter aux origines de la confrérie des Assassins, fondée par deux grands guerriers : Aya et son époux Bayek, notre héros.

Les fonctionnalités ont également subies de gros changements, déjà amorcés dans de précédents jeux de la licence tels que . Le monde ouvert est détaillé et documenté : les développeurs ont reçu l'aide précieuse de plusieurs historiens pour rendre compte d'un réalisme historique époustouflant. On se surprend d'ailleurs à errer dans les paysages, pris de court par les détails des monuments, des villes, des villages ou des champs. Tout est envoûtant.



Les fonctionnalités ont également subies de gros changements, déjà amorcés dans de précédents jeux de la licence tel que Assassin's Creed : Unity, avec des systèmes permettant d'égaliser ou de développer différents styles de jeux et de combats.

Les scénarios de quêtes, principales comme annexes, sont cohérents, fluides et très inspirés, ce qui permet au joueur de profiter d'une expérience de jeu toute particulière et immersive. Tout a été réfléchi dans le moindre détail et cela se ressent.


Notre héros Bayek va donc explorer l’Égypte de son temps afin d'accomplir une quête vengeresse. Mais le monde réel le rattrape et il se retrouve dans un monde de stratégie militaire et politique qui le dépasse. C'est ainsi que l'on se retrouve à combattre dans une arène pour venger la mort d'un ami. À sauver un inconnu de la mort en participant à une course de chars, que j'ai lamentablement perdu plusieurs fois avant de finalement décrocher la victoire. À errer dans les dédales d'une pyramide pour tomber sur un fabuleux trésor. À traverser des déserts à dos de chameaux ou de pur-sang arabe. À éliminer un bon nombre de gardes, commandants et dirigeants corrompus... bref, tant de possibilités, tant de scénarios !


Comptez environ 100 heures de jeu, englobant les quêtes annexes et principales mais aussi l'exploration approfondie de l’Égypte Antique et de ses secrets, grâce au superbe monde ouvert. Plusieurs DLC sont ensuite sortis en 2018 pour approfondir le temps de jeu et les expériences. Les joueurs sont tout de même divisés autour de la question de ce système : le jeu de base coûte à sa sortie 69,99€, ses DLC entre 9,99€ et 19,99€ : pour jouer à l'ensemble, la somme à débourser est (largement) conséquente.

Ubisoft est d'ailleurs critiqué depuis plusieurs années pour ce système d'achat en ligne auquel les jeunes joueurs comme les collectionneurs acharnés ont du mal à résister. Depuis le début 2020, le studio de production tend vers l'abandon de cette pratique. Espérons que le prochain opus en sera débarrassé.


Notez qu'en même temps que sa sortie mondiale en octobre 2017, les développeurs ont sorti une version du jeu sans personnage ni histoire pour permettre l'exploration de l’Égypte Antique. Un programme pédagogique (que j'aurai adoré avoir) destiné à la découverte de cette magnifique période de l'Histoire de manière ludique et moderne. Une voix off et de petits textes rédigés par des historiens permettent de découvrir dans ses moindres détails des monuments aussi extraordinaires que le Phare d'Alexandrie ou les Pyramides de Gizeh. À moins que vous préféreriez simplement voguer sur le Nil... À vous de voir, les possibilités sont multiples !